… il n’y a qu’un pas qui a été franchi dans la nuit du dimanche 26 juillet 2009, rue Gâte- Argent.
Des feux de poubelles ? Il y en a presque toutes les nuits dans la ville; mais ici ils ont été allumés dans le couloir d’accès d’un groupe d’appartements où vivent plusieurs familles, une vingtaine de personnes dont 8 enfants.

Une voisine a pu filmer l’intervention des pompiers prévenus heureusement à temps par un locataire. Leur intervention rapide a permis d’éviter le drame que l’on peut imaginer. Déjà les flammes avaient attaqué le plancher des appartements situés immédiatement au dessus de l’entrée.


L’intervention des pompiers. On voit un autre feu allumé de l’autre côté de la rue.
Derrière les flammes, les familles regroupées dans la cour ne peuvent s’en échapper.


Depuis cette agression, l’ inquiétude règne parmi ces familles qui ne retrouvent plus le sommeil.
Il faut savoir que ce couloir, débouchant sur la cour intérieure, est l’unique accès pour tous les logements. Aussi incroyable que cela puisse paraître, aucune issue de secours n’a été prévue !
Ce qui paraît également inadmissible, c’est qu’après cette nuit d’angoisse, aucune assistance ne soit apportée aux familles concernées qui ignorent tout d’une quelconque prise en compte de ces événements !
Le lendemain et les jours suivants, la presse locale continue de remplir ses pages avec les annonces des festivités de l’été ! Rien sur l’incendie de la rue Gâte-Argent ! (*)
Je souhaite que cet article tombe sous les yeux des élus et des journalistes de notre cité pour qu’ils prennent conscience de l’ autre visage qu’elle peut présenter par ces belles journées d’été !


Au matin…

(*) Une mention particulière cependant pour « le Courrier de l’Ouest » qui vient d’insérer dans ses pages ( Edition du 29 juillet ) l’intégralité du texte de cet article. Qu’il en soit remercié !