Un Satan sarcastique et cornu, assisté de deux créatures particulièrement malicieuses, m’ont jeté un enchantement lorsque je suis passé devant cet immeuble du 29 rue Hoche, tout près de la place de la Visitation.


Le mascaron central du 29, rue Hoche

Comme beaucoup de passants, je n’avais jamais porté attention à ces masques tellement incorporés à l’architecture des « beaux quartiers » qu’on ne les remarque plus.

Aussitôt, frappé par l’originalité marquée de ce groupe et cédant à la pressante invitation qu’il venait de m’adresser, je me suis lancé dans la découverte du peuple méconnu des « mascarons » (1) angevins! Celà implique (et c’est un conseil que je vous donne en ces temps difficiles de gestation du tramway!) de marcher sur un trottoir en regardant les façades de l’autre côté de la rue, tout en évitant de tomber dans une excavation ou de trébucher sur un amas de gravats !


Les drôles de dames du 29 rue Hoche

En fait, ils ne sont pas si nombreux et plutôt concentrés près du centre « haussmannien » constitué par les immeubles entourant le carrefour Rameau.
Il me faudra donc, dans les prochains jours, les rechercher dans ces quartiers extra-muros, plus secrets, souvent méconnus et qui attendent notre visite.
Peut-être pourrez-vous m’aider dans cette tâche ? Mais attention ! Ne pas confondre les mascarons avec les sculptures spectaculaires qui ornent les façades de la rue Montauban ou le célèbre Alcazar ! Non, le mascaron, le vrai, n’est pas une représentation de la réalité, aussi séduisante soit-elle, comme les « filles » de l’Alcazar ou les vieillards libidineux de la rue Montauban ! Même si son exécution est devenue conventionnelle au fil des âges, le mascaron est là pour effrayer, veiller sur la maison qui lui est assignée, ou jeter des charmes comme celui dont j’ai été victime!
Je n’ai pas retrouvé, dans mes recherches, l’impression ressentie devant les mascarons de la rue Hoche. Probablement parce que l’artiste anonyme a créé là des personnages plus originaux, moins traditionnels que ceux des orgueilleux immeubles de la rue Voltaire ou de la rue de l’Aiguillerie; peut-être aussi parce que, placés moins haut sur la façade, ils nous sont plus proches… Peut-être aussi parce qu’ils sont intégrés dans une maison (2) particulièrement réussie avec l’utilisation élégante de la brique et ses belles proportions.


29, rue Hoche

Je continue, et vous aussi si le sujet vous intéresse, à chercher d’autres mascarons intéressants sur notre ville !

(1) Tout sur le mascaron: Définitions, autres mascarons d’Angers, liens vers d’autres documents intéressants, le livre de Christian Gatard: »Le peuple des têtes coupées » etc…: voir ICI
(2) L’atlas du patrimoine comporte une intéressante fiche consacrée à cette demeure: voir ICI
Depuis la rédaction de cette fiche, la maison a fait l’objet d’une très bonne restauration; mais quel dommage de la voir enlaidie par les publicités de la pharmacie voisine!