Sous le radieux soleil de cette soirée du 24 mars 2009, j’ai pu constater l’effet dévastateur de l’arrivée du printemps sur notre ville: (1)

Des archéologues cherchent encore désespérément des tombes sous la place du Ralliement et emploient les grands moyens sans se soucier des dégats causés à l’environnement !

L’Evêché vient de décider unilatéralement de recouvrir entièrement la cathédrale d’un placage de bois afin de protéger les sculptures des radiations solaires, compromettant ainsi gravement la saison touristique!

Le service des jardins et plantations de la ville d’Angers a remplacé tous les arbres du Boulevard Foch par de surprenants arbres d’origine tropicale dont l’écorce serait particulièrement adaptée aux grandes chaleurs, mais dont l’esthétique ne semble pas appréciée des angevins !

Enfin, la police serait intervenue au château pour maîtriser les personnels du chantier de restauration du logis royal ! Ces derniers venaient en effet de lancer vers le ciel une incroyable architecture, follement, admirablement aérienne, mais incohérente et sans aucun rapport avec la teneur du cahier des charges de l’Administration !

(1) Les observations que j’ai pu faire aujourd’hui, ainsi que les conclusions et jugements que j’en ai tirés un peu hâtivement pour la rédaction de cet article, sont naturellement à vérifier afin d’éviter de porter atteinte injustement à la réputation et l’honneur des Notables et personnels qui oeuvrent pour le plus grand bien de notre cité !